Funny Girl-Nick Hornby

Publié le 1 Décembre 2015

Funny Girl-Nick Hornby

On a écrit ce qu’on avait envie d’écrire, et on s’est retrouvés avec dix-huit millions de spectateurs. N’est-ce pas tout l’objet des comédies télévisées ? De fédérer les gens ?Et c'est ce que j'adore dans ce travail. Tu rigoles de la même blague que ton patron, ta mère, ton voisin, le critique de la télévision du Times, et la reine pour ce que j'en sais.

Le ton est donné, so british, une comédie romantique pas si légère que cela.

À peine élue Miss Blackpool, Barbara part à Londres. Elle a une autre idée en tête, elle veut jouer la comédie et faire rire. Lorsqu'elle rencontre Bill et Tony, deux scénaristes de la BBC, elle va leur inspirer le personnage de Barbara dans une série TV Barbara(et Jim), stylée, fraîche, divertissante, elle prend le nom de Sophie Straw et va insuffler une pêche à cette comédie divertissante, qui évoque le quotidien d'un couple d'amoureux Barbara et Jim.

Ainsi, le lecteur entre dans le monde de la série TV et la Comedy Playhouse- Nick Hornby s'amuse à déployer deux comédies en une, à savoir qu'on suit en parallèle l'équipe des comédiens, producteur, scénaristes dans le processus d'écriture de la série jusqu'au tournage en public et l'histoire des personnages Barbara et Jim dans la série, l'interconnexion est efficace, pétillante et on sent qu'Hornby aime mêler la fiction à la réalité. Les clins d'œil de l'auteur à la musique, et cinéma de l'époque sont nombreux- On croise les Beatles, Jagger et les Stones, toute la quintessence de l'univers pop des sixties- au fil des pages on se laisse gagner dans ce double récit par l'ambiance à la fois légère et tendre-

Deux jours plus tard, il avait son thème musical. Ron Gainer avait demandé à un certain Shel Talm, producteur chez Decca Records, de lui recommander un guitariste et Talmy lui avait conseillé de faire appel à un jeune homme du nom de Jimmy Page. Sous la supervision de Gainer, Page revisité "So What" de Miles Davis, à la manière d'une formation de blues et le résultat jugea Dennis était sensas

Si on s'amuse de l'ascension de Sophie Straw, que l'on suit dans sa relation avec Clive Richardson, son partenaire qui joue Jim, le couple sur écran devient un vrai couple dans la vie - cela rappelle à certains moments la série Friends, dans les scènes comiques

Le duo scénariste Bill et Tony, est épatant également, et si le sujet tient à évoquer l'impact des séries TV, uniquement un divertissement ? le producteur Dennis, épris de la belle Sophie va défendre bec et ongle le divertissement face aux trop sérieux producteurs de la Third -la 3ème chaine très sérieuse de la BBC présentant un programme culturel accessible à cette classe qui sort d"Oxbridge"

Nick Hornby rappelle à quel point les séries peuvent dépeindre la société, ses bons côtés et ses travers- Au final, le roman gagne en ampleur, avec ce ton de la comédie so british, Hornby ne déçoit pas et j'aime autant le retrouver dans ses romans que dans les films, dont il élabore le scénario, je pense à Une Education notamment, il sait faire naître de belles émotions, et réunir gaieté et mélancolie, démontrant que culture et divertissement peuvent cohabiter et même très bien.

Contente de revenir sur le blog avec ce roman d'Hornby-

Repost 0
Commenter cet article

keisha 02/12/2015 08:49

Beau retour en effet! Hé oui ce n'est finalement pas une comédie romantique classique, Nick Hornby est plus fûté, je l'aime beaucoup!

Nathalie 14/12/2015 23:10

So good Hornby! Merci de ta visite