Tess d'Urberville-Thomas Hardy

Publié le 19 Avril 2015

Tess d'Urberville-Thomas Hardy

Quelle fraîche et virginale enfant de la Nature que cette fille de ferme? se dit-il

Et puis il lui sembla découvrir en elle quelque chose de familier, quelque chose qui qui le reportait à un joyeux évènement et imprévoyant passé, alors que la pensée de l'avenir n'avait pas assombri le ciel. Il en conclut qu'il l'avait déjà vue. Où? il ne pouvait le dire. Certainement ç'avait été une rencontre accidentelle dans une de ses courses à travers la campagne et il n'en ressentit pas grande curiosité. Mais la circonstance suffit à lui faire choisir Tess de préférence aux jolies servantes, quand il voulut étudier la gent féminine qui l'entourait.

Parce que Tess Durbeyfield, née paysanne devient contré son gré la descendante des D'Urberville, ses parents profitent de cette occasion pour l'envoyer se faire connaître auprès des D'Urberville, les parents riches (on apprend au fil des pages qu'ils ne sont pas vraiment les descendants directs mais qu'ils en ont emprunté le nom).

C'est ainsi qu'elle scelle son destin en rencontrant, son cousin Alec, profitant de la jeunesse de Tess, souhaitant faire d'elle sa légitime épouse, il l'abandonne à son sort de paysanne face à son refus de l'épouser. Tess déshonorée, va tenter de trouver l'amour en épousant Angel Clare , fils de pasteur, hélas en avouant à son époux sa faute, ce dernier les contraint tous les deux à l'exil amoureux.

Ainsi Thomas Hardy va sceller un récit de la descente aux enfers de Tess, car déchirée entre ses deux hommes l'un la poursuivant de son amour et l'autre la dénigrant aucun ne permettra à Tess de sortir de sa condition de paysanne.

Si Thomas Hardy a choisit de décrire un roman si noir, car le lecteur assiste impuissant au sacrifice de la jeune Tess, il prend soin de placer le récit dans les magnifiques paysages du Wessex, la description des travaux agricoles suit également la progression sociale de la jeune Tess, de la tenue de la basse cour d'une maison de maître, à la laiterie du fermier Crick en passant la ferme de Groby plus au Nord ou l'on crève la faim à ramasser des navets, la panoplie des taches agricoles se dessine sous la plume d'Hardy, permettant au récit de s'étoffer d'images magnifiques, contrastant avec l'histoire si noire de la délicate Tess

J'ai trouvé ce roman magnifique, Hardy sait habilement juxtaposé un récit empreint de réalisme et de poésie- Enfin, j'ai retrouvé le sens de la narration si limpide de Loin de la foule déchaînée, ce qui me plait d'ailleurs chez Hardy c'est sa manière si fluide et limpide d'écrire, les évènements s'enchainent avec lenteur et logique, on a le sentiment de faire partie de l'histoire et non de la regarder se dérouler devant nous...

Lire Thomas Hardy c'est "luxe, calme et volupté", que j'emprunte à Baudelaire - Invitation au Voyage

Rédigé par Nathalie

Publié dans #Littérature Anglaise, #Classiques anglophones

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

keisha 23/04/2015 08:24

Je l'ai lu, il y a très longtemps (j'en ai lu, des Hardy!!!). Souvent cela se termine tragiquement;..

Nathalie 24/04/2015 22:24

Ah, bien moi je découvre, j'aime son coté Nature Writing ... et tu as raison ce n'est pas à 100 % calme.