Mauvais sang ne saurait mentir-Walter Kirn

Publié le 2 Mars 2015

Mauvais sang ne saurait mentir-Walter Kirn

- Il a l'air incroyablement seul-me souffla-t-elle

- C'est ce qui arrive quand on ne dit jamais la vérité.

Récit, roman, auto fiction ??? Walter Kirn se met en scène dans ce récit hors du commun, il raconte son amitié avec Clark Rockefeller, rien que leur rencontre reste un moment du au hasard d'un accident de circulation (un accident de chien renversé).

Si Walter Kirn semble fasciné par le nom de famille Clark, un peu à la manière de Nick Carraway avec Jay Gatsby. Walter Kirn va découvrir sur son petit écran que Clark est un imposteur confirmé, accusé de meurtre. Durant des années l'homme a joué sur son identité, à mené plusieurs existences et s'est allié comme credo le mensonge pour échapper à la police.

Walter Kirn joue à la fois sur le registre du journalisme, et de l'expérience personnelle, parfois il avoue comment il s'est fait bluffé avec pas mal de naïveté, sans vraiment réagir face aux mensonges de Clark. Il nous entraine avec effroi, dans cette connivence "cela aurait pu vous arriver comme à moi", et jusqu'au point de non retour car Clark franchira les limites pour arriver au meurtre, Walter Kirn s'emploie avec beaucoup de perspicacité à décrire tous les comportements excessifs de Clark, ce qu'il a pu observer chez lui et comment il s'est laissé prendre au piège.

L'idée de ce récit n'est pas uniquement de dévoiler une Xième personnalité de psychopathe, mais bien de démontrer à quel point les "âmes tourmentés ou règnent le désordre psychologique" échappent à tout entendement. Si Walter Kirn développe tous les travers de Clark, loin s'en faut toute compréhension de ce personnage est futile, il conserve sa part de mystère et nous échappe complètement.

L'auteur s'appuie sur la littérature à plusieurs reprises, notamment les romans le talentueux Mr Ripley de Highsmith et celui de Fitzgerald Gatsby le magnifique, sans compter un passage avec Ellroy des plus croustillants, et impossible d'éviter les clins d'œil au cinéma d'Hitchcock. Bref, je l'ai dévoré et j'ai frissonné.

Rédigé par Nathalie

Publié dans #Un monde de polars

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article