Ceux du Nord Ouest-Zadie Smith

Publié le 7 Mai 2014

Ceux du Nord Ouest-Zadie Smith

Une vaste colline travers le Nord Ouest de Londres. Elle démarre à Hampstead et s'étend à travers Killburn, Willesden, Brondesbury, Crickelwood. La littérature la connait bien. La femme en blanc gravit un versant et retrouve sur l'autre Jack Sheppard, le voleur de grand chemin. Même Dickens s'y aventure pour boire une pinte ou enterrer quelqu'un.

J'ai retrouvé la plume mordante et rythmée de Zadie Smith , avec un peu moins d'humour que dans ces précédents romans.

Cependant, ce roman m'a totalement captivé, une fresque sociale, doublée d'une London fiction, (n'hésitez pas à cliquer, ça parle de Dickens et d'autres romans sur Londres).

Le propos de ce roman est essentiellement social, si j'ai été déstabilisé par son contexte, et ses scènes intrusives plus que leur violence, je n'ai jamais eu envie de refermer ce livre tant Zadie Smith a l'art de décrire ce melting polt, ce brassage de personnages d'origines différentes, source de curiosité permanente.

Zadie Smith évoque ces quartiers sensibles ou l'on peut se faire poignarder à la sortie du métro, l'immersion est intense car Zadie Smith sait nous en faire sentir les vibrations. Elle montre quatre parcours différents, Natalie/Keisha Blake et Félix qui vont exister en dehors de ce quartier, le quitter, en sortir pour construire un avenir ailleurs ; et Léah, d'origine Irlandaise et Nathan, qui eux ne quitteront pas l'endroit ou ils ont grandi.

Viscéralement, tous ces personnages sont ancrés dans ce quartier du Nord Ouest de Londres et c'est autour de cette idée que l'intrigue jalonne. Elle décrit également l'amitié entre Leah et Keisah/Natalie Blake, deux amies, deux parcours opposés (ça tombe bien je n'aime pas les amitiés fusionnelles ou tout colle parfaitement), ébauchant l'histoire d'une véritable amitié, mais loin d'un monde parfait.

Je n'insiste pas trop sur l'intrigue, je l'ai apprécié parce que l'auteure s'engage, elle évoque le racisme, de manière assez directe, j'ai du aussi patienter jusqu'à mi roman pour mieux cerner les intentions de l'auteure, soit environ 200 pages, et que les liens se tissent entre tous les personnages.

Zadie Smith n'est pas tendre avec ses personnages, ils vont vivre pas mal de désillusions, qu'elle décrit avec beaucoup de justesse. Le style est impeccable, et mis au service de son récit, chaque portrait a vraiment son style d'ailleurs, celui de la jamaicaine Keisha Black/Natalie ambitieuse, qui devient avocate d'affaires vaut vraiment la lecture de ce roman, rédigés en 185 petits paragraphes, captivant. Une visite de London, hors des chemins pour touristes.

Rédigé par Nathalie

Publié dans #Littérature Anglaise, #London Fiction

Repost 0
Commenter cet article

keisha 08/05/2014 08:50

Noté, noté... J'avais lu le premier roman de l'auteur...

clara 08/05/2014 08:09

je confirme qu'il est à lire !